Souvenirs du Temps » Photographe Mariage - Bretagne - Rennes

Masthead header

Combien coûte un photographe ?

 

On remarque beaucoup de différences d’un photographe à un autre en matière de tarifs.

Si pour la plupart des futurs mariés il s’agit uniquement d’une question de « gourmandise » de la part des prestataires, la réalité est plus complexe.

Le métier de photographe mariage n’est pas comme je l’entend très régulièrement « appuyer sur un bouton ».

Peu de gens ont conscience de la complexité de cette profession. (un petit exemple ci-dessous)

graphique

*

C’est des années de pratique, de formation, c’est du matériel se chiffrant en milliers d’euros qu’il faut renouveler, entretenir ou réparer.

Ce n’est pas parce qu’on a un bon appareil qu’on va faire de bonnes photos, j’ai d’ailleurs toujours adoré cette petite histoire :

« Un photographe est invité à dîner. Il montre ses photos et on lui fait la remarque suivante : « Vous devez avoir un bel appareil photo pour faire de si belles images. ! » … Puis après le dîner le photographe dit : « Vous devez avoir de biens belles poêles et casseroles pour avoir fait un si bon repas. ! »

La première remarque est aussi insensé que la seconde.

Sur l’exemple ci-dessous vous verrez deux photographies réalisées avec le même appareil photo, j’ai réalisé la première, la seconde a été réalisé par un ami amateur.

1897766_568082726620920_1400085085_n

A ce sujet je souhaiterais vous parler d’une anecdote. J’étais en reportage mariage dans une église lorsqu’un invité s’est mit juste à coté de moi, il a regardé son amie, a ri et à lancé : « t’a vu ! j’ai un appareil plus cher que la photographe, je sais pas pourquoi la mariée a payé, j’aurais pu le faire moi-même ! ».

Au bout de quelques photos il a froncé les sourcils et il est venu me voir, très en colère et m’a montré ses photos « j’ai payé très cher pour cet appareil et mes photos sont toutes noires !!! je me suis fait avoir !!! ».

En réalité son appareil fonctionnait parfaitement bien, mais il avait le mauvais objectif pour ce genre d’endroit ainsi que les mauvais réglages. Une ouverture à 5.6 à l’église sans flash, une vitesse de 125 et une iso à 100….forcément, les photos sont toutes noirs y a pas de miracles !

Pour beaucoup, cette dernière phrase est tout simplement du charabia, c’est normal, le métier de photographe n’est pas de mettre un appareil professionnel sur mode automatique et d’appuyer sur le bouton n’importe comment et n’importe quand !

Sans titre-1

Ce n’est pas rendre service à un invité que de lui confier la lourde tâche de réaliser les photographies de votre mariage !

Les mariages où je réalise le moins de photographies sont ceux de mes amis et de ma famille, non par égoïsme, mais parce que je ne peux pas profiter de ce jour unique si je prend des photographies, et ce n’est pas le but de ma venue. Je préfère profiter pleinement de cette journée, passer du temps avec eux et participer entièrement à cette journée, autrement que derrière mon appareil photo.

*

C’est un vrai métier, c’est savoir utiliser cet outils qu’est le boitier numérique, c’est savoir réaliser les bons réglages afin d’obtenir le meilleur rendu possible en toutes circonstances, savoir utiliser le bon objectif en fonction des photographies à réaliser.

Pour ma part, je possède 2 boîtiers et 4 objectifs, pourquoi 4 objectifs ? Parce qu’ils ont tous leur utilité ! L’un pour la macro, l’autre pour les portraits, un autre qui me permet d’avoir suffisamment de distance pour de belles photos prises sur le vif lors de l’église et du vin d’honneur, et enfin, un grand angle, qui me permet de capture des scènes de vie.

Etant autodidacte je n’ai pas apprit ce métier en claquant des doigts, mon temps libre je le passe à m’améliorer, à m’entraîner, à apprendre, toujours plus, je mange photo, je dors photo, je vie photo.

_MG_6924

Le travail de photographe mariage c’est d’utiliser cet outils, d’être constamment sur le qui-vive pour saisir les meilleures photographies possibles, c’est de faire attention à chaque détails, d’être dans des positions inconfortables avec des kilos de matériel sur le dos et autour du coup tout au long de la journée.

Il n’est pas rare d’avoir 15h de travail en une seule journée pour couvrir tous les événements du mariage, dans des conditions rarement faciles. C’est une anticipation permanente, c’est aussi et surtout un art, c’est exploiter tout son potentiel créatif. C’est mettre toute sa sensibilité, ses idées et son énergie physique et mentale à profit de cette journée exceptionnelle !

*

Et après le mariage ?

Le travail ne s’arrête pas là ! S’en suit des heures et des jours de tri et de post-traitement des photographies.

C’est des centaines de photographies à retoucher afin que vous obteniez de beaux souvenirs sur papier. C’est beaucoup de temps consacré à votre reportage, pour qu’il soit à la hauteur de vos attentes.

C’est là aussi le résultat de beaucoup de pratique et de formation. Des formations qui ont elles aussi un prix !

 

Combien valent vos souvenirs ?

Il n’est pas rare de voir des mariés consacrer un budget plus élevé à leurs tenues qu’à leurs photographies.

La robe et le costume seront porté une seule fois, mais vos photographies, vous les garderez à vie, elles sont le reflet de votre histoire,de votre amour, c’est elles que vous montrerez à votre entourage et que vous afficherez fièrement sur votre mur. C’est ces mêmes photographies que vous montrerez pleins d’émotions à vos enfants et petits enfants.

Quel importance apportez-vous à de belles images ? Combien valent vos souvenirs ?

Ne vous fiez pas uniquement au prix, fiez-vous au coup de cœur ! Quel qualité voulez-vous obtenir pour vos souvenirs de mariage ?

Mais aussi un point non négligeable, votre photographe sera votre partenaire tout au long de cette journée, le feeling est donc très important, gardez à l’esprit que votre prestataire vous suivra dans les étapes les plus importantes de votre journée.

IMG_1119

J’espère que cet article qui est un très maigre résumé du travail de photographe vous aura fait prendre conscience que ce métier est plus complexe que l’on imagine !

En dernière anecdote, un jour j’ai rencontré une jeune fille qui adorait la photographie, elle est venue vers moi pour me dire combien elle rêverait de devenir photographe et elle voulait que je lui parle de mon métier.

Je lui ai expliqué toutes les facettes de cette profession,  et notamment que le fait de prendre des photos était loin d’être ce que je fais de la majeur partie de mon temps. Qu’il s’agissait environ que d’un dixième de mon travail, je lui ai donc parlé du 90% restant.

Elle est resté silencieuse, puis elle m’a dit que de toute façon elle avait d’autres métiers en vue.

Je répète souvent cette phrase, pour faire ce métier il ne faut pas simplement aimer faire des photos, ça ne suffit pas, il faut être acharné, totalement passionné, voir un peu fou.

Mais à mon sens, je ne connais pas de métier plus beau au monde !

Votre courrier électronique n'est pas publié ou partagé. Les champs requis sont marqués *

*

*